KHALID KOUHEN

Né à Fès au Maroc et établi en France depuis 1978, Khalid Kouhen est reconnu comme l’un des plus talentueux percussionniste de sa génération. La richesse et la virtuosité de son jeu ainsi que les multiples couleurs de son instrumentation sont très recherchées sur les scènes actuelles.

Khalid s’accomplit aussi bien dans les musiques actuelles, jazz, pop, musiques du monde, que dans les répertoires traditionnels, brésilien, afro-cubain, indien… Il s’est notamment illustré auprès d’Archie Shepp, Chico Freeman, Glenn Ferris, Claude Barthelemy, Pandit Shankar Ghosh, El Hadj N’Diaye, Majid Bekkas, Karima Skalli, Paddy Kelly…

Musicien sans frontières et improvisateur inspiré, il excelle également dans la composition et les arrangements pour orchestre de percussions.

On le retrouvera avec bonheur dans le prochain opus “Sillage” (sortie prévue en 2016), élaboré et enregistré avec sa complice Marylène Ingremeau au chant et quelques invités de prestiges: Jonas Knutsson (sax soprano) et Sandeep Chatterjee (Santoor indien).

 

NAISSANCE D’UNE PASSION

Khalid Kouhen est né sous l’étoile de la diversité culturelle : sa famille, d’origine arabo-andalou-soudanaise, était passionnée par la musique et porteuse des richesses de ces traditions.
Sa grand-mère venue du grand Soudan, était une maîtresse initiée de danse Gnawa. A la maison, chaque année une fête rituelle était organisée, regroupant artistes, famille et amis, au cours de laquelle la musique et la danse étaient omniprésentes. Entre son père aux « tablas ghazia » et sa mère au bendir ou à la tarija, Khalid dès l’âge de six ans commence à jouer de la percussion et participe aux polyrythmies de l’assemblée. Au début simple jeu, la percussion deviendra très vite la passion d’une vie.

En 1978, Khalid arrive en France pour suivre des études scientifiques à l’université de Rennes, emportant dans ses bagages ses « tablas ghazia »  marocains. Le creuset multiculturel que constitue une université française va aiguiser son désir d’élargir encore ses horizons humains et musicaux et c’est là que son parcours de vie va prendre une orientation décisive…

LES MAITRES : UN PRECIEUX HERITAGE

A partir de 1982 il décide d’approfondir l’art du rythme et de la percussion auprès de grands maîtres de musique traditionnelle de différentes cultures, dont il recueille l’enseignement :

Nicia Ribas d’Avila, musicologue et chef de batterie d’une école de Samba au Brésil. Auprès d’elle il acquiert la maîtrise des instruments de la batucada (surdo, caixa, pandeiro, tamburim…). Son parcours est brillamment couronné par le premier prix “Répinique d’or” reçu en 1984. Il obtient le statut de chef de batterie au sein de l’école « Tia Nicia », première école de batucada en France, et dirige des ensembles de percussions.

Pierre Cheriza Fènèlus, maître tambour Vaudou d’Haïti, auprès de qui il explore le répertoire caribéen et afro-cubain et développe le jeu des congas et bongos.

Pandit Shankar Ghosh, éminent maître de tablas indiens, dont il reçoit l’enseignement depuis 1996. La rencontre avec cet artiste virtuose et pédagogue passionné est déterminante. Khalid crée pour lui une classe de tablas indiens en France et impulse la réalisation d’une méthode de tablas sur DVD. Il a eu le privilège de se produire à ses côtés en France et en Inde.

UNE CARRIÈRE ÉCLECTIQUE

Depuis, il n’a eu de cesse de nourrir avec passion les rencontres musicales et de collaborer avec des musiciens de différents univers :

Jazz et musiques du monde
Archie Shepp, Chico Freeman, Glenn Ferris, Marc Ducret, Olivier Ker Ourio, Claude Barthélemy, David PatroisDavid Linx, Hervé Celcal, Allie Delfau, Manuel Hermia, Olivier Cahours, Mohamed Beddiar, Henri-Caude et Robert Portal, David Venitucci, Barbara Cadet, Jonas Knutsson, Haim Isaacs, Guo Gan, Aurélie et Vérioca, James Germain, Carlos Nascimento

Musique africaine
Manfila Kante (musique mandingue du Mali)
Stanislas Tohon (chanteur, percussionniste du Bénin) et ses invités Jacques Higelin et Manu Dibango
Adam Chisvo (maître de mbiras « piano à pouce » du Zimbabwe)
El Hadj N’Diaye (chanteur du Sénégal)
Faytinga (chanteuse de l’Erythrée)
Nana Magagula et Bholoja Mbongiseni (chanteurs du Swaziland)
Stewart Sukuma (chanteur du Mozambique)

Musique marocaine
Majid Bekkas, Nabil Khalidi, Rachid Zeroual, Driss El Maloumi, Karima Skalli

Musique indienne
Pandit Shankar Ghosh, Bickram Ghosh, Prabhu Edouard, Meeta Pandit, Hindol Deb, Michel Guay, Ananda Gopal Das Baûl

Pop
Paddy Kelly, Mathilde Renault, Chloé Mons.

Musique de théâtre et de danse
Les Cerbères et Médéa, deux pièces de théâtre mises en scène par Serge Noyelles, direction musicale de Marco Quesada.
Création et enregistrement de musique de danse pour les chorégraphes et danseuses Carolyn Carlson, Julie Dossavi et Nupur (danse kathak)

LA TRANSMISSION

Pédagogue expérimenté, Khalid Kouhen se consacre régulièrement à la transmission de son art. Il crée en 1993 l’école de percussions TOUCOULEURS à Rennes, qui dispense un enseignement pointu des percussions de différentes traditions (brésilienne, africaine et indienne). Il enseigne au cours de master-classes, stages et ateliers musicaux en France – conservatoire de Rennes, Charleville-Mézières, écoles de jazz et musiques actuelles du CIM à PARIS et EDIM à CACHAN – et dans de nombreux pays : USA, Afrique du sud, Mozambique, Caraïbes…